Filiation

Ueshiba Morihei (1883-1969)

Aïkido Neuchâtel Hauterive Ueshiba Morihei

Ueshiba Morihei, le fondateur de l’aïkido, est initié très tôt aux enseignements spirituels et aux disciplines martiales (budo). Il étudie une trentaine d’écoles de budo, mais précisera que l’aïkido n’est pas la synthèse de ces écoles. C’est à la suite de rencontres (en particulier avec le maître de jujutsu Sôkaku Takeda et le révérend Onisaburo Deguchi), et surtout de différentes expériences d’ordre spirituel qu’ Ueshiba modifie sa pratique. « Le 14 décembre 1940, vers 2 heures du matin, après le misogi (pratique spirituelle de purification), je me suis soudainement retrouvé dans un état assez étrange. À ce moment-là, j’avais oublié toutes les techniques que j’avais apprises, et je devais faire de nouveau les techniques des ancêtres ; et ces techniques sont pour montrer que le monde entier est comme une famille et qu’il n’y a pas d’étrangers. » (Morihei Ueshiba, extrait de Aïkido Shinzui)
Ueshiba Morihei oriente dès lors sa pratique vers un art fait ni pour combattre, ni pour vaincre mais pour harmoniser le monde. L’aïkido est né.
« Ce n’est pas gagner ou perdre, ce n’est pas ça, il faut supprimer cette notion. L’aïkido, c’est les techniques de paix (wago). Dans ces techniques, il n’y a pas de notion de plus fort, de plus faible. » (Morihei Ueshiba, extrait de Aïkido Shinzui)

Hikitsuchi Michio (1923-2004)

Hikitsuchi Michio commence la pratique des arts martiaux à l’âge de 9 ans. À 14 ans, il rencontre Ueshiba Morihei dont la présence l’impressionne fortement. Quelques années plus tard, lorsque ce dernier lui demande de le suivre, Hikitsuchi Michio abandonne toutes les autres pratiques martiales pour se consacrer à l’aïkido. Il sera son élève durant 40 ans. Le fondateur, estimant lui avoir tout donné, lui attribue en janvier 1969 le 10e dan, ainsi que l’autorisation d’enseigner le maniement du bâton long de l’aïkido (masakatsu bo-jutsu). Malgré le fait d’avoir reçu les plus hauts diplômes de sa discipline, Hikitsuchi Michio estime être un pratiquant d’aïkido parmi d’autres. Après avoir consacré sa vie à Ueshiba Morihei, il se fait le porte parole de son message dans le monde.

Gérard Blaize

Aïkido Neuchâtel Hauterive Gérard Blaize

Gérard Blaize séjourne cinq ans et demi au Japon où il étudie au Hombu Dojo de Tokyo, notamment sous la direction de Kisshomaru Ueshiba (fils du fondateur) et de Yamaguchi Seigo.
En 1975 il rencontre Hikitsuchi Michio. Dès lors et jusqu’à la mort de ce dernier, il n’a de cesse de s’entraîner sous ses seuls conseils. À la demande de Hikitsuchi Michio, il reçoit le 26 avril 1995, le grade de 7e dan de Kisshomaru Ueshiba. Il devient ainsi le premier pratiquant non japonais à obtenir ce grade.
Il est à l’origine de l’Association Internationale d’Aïkido Traditionnel du Japon (AIATJ). Gérard Blaize enseigne actuellement à Paris et anime des stages en France et à l’étranger.

7e dan Aïkikai de Tokyo
5e dan masakatsu bo-jutsu, décerné par Hikitsuchi Michio Sensei (bo du fondateur de l’aïkido)
7e dan jodo (école Shindo Muso)